AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La sentence [Cirwyn]
 :: The Middle-Earth :: Eriador :: Bree

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Ciryaher

origine : en Terre du Milieu... j'ai vu le jour sur les terre elfiques des Havres Gris mais je m'y sens pas chez moi.
emploi : rôdeur / pirate / mercenaire
missives envoyées : 236
en Terre du Milieu depuis : 02/01/2015
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 26 Jan - 23:12
La sentence
Cirwyn

Souffrant silencieusement, je me demande pourquoi Mewyn ne peut pas comprendre que les choses ne seront plus comme avant ? Je suis fou amoureux de cette voleuse mais elle est devenue inaccessible quand son passé est devenu plus certain. Il sera important pour son peuple qu’elle choisisse un époux qui pourra gouverner avec elle, une personne appréciée de ses gens. Il faudra aussi qu’il soit de la même condition sinon cela pourrait être mal accepté… ce sera douloureux pour moi mais mon existence a plus aucune importance. Je suis ici uniquement pour elle. Je suis venu pour la servir alors peu importe que je meurs ou pas… tant que Mewyn est en vie. Je romps aussi brusquement avec elle en devenant froid & distant. Il est important que je prenne mes distances. « vas-tu enfin arrêter. tu te venges parce que je suis partie ? d'accord, je suis désolée, mais je repartirais plus. alors s'il te plait, arrête de m'appeler ainsi, arrête de jouer les chevaliers ! » Je me vengerai pas de cette façon dans d’autres circonstances… malheureusement je ne peux pas lui dire ! Elle ne comprendra pas ! Je suis SON chevalier alors non je ne compte pas cesser d’y jouer !

Mewyn repousse son assiette puis fait les cent pas dans la chambre comme si cette situation la rendait folle. « tu m'explique ce qui te prend ? c'est à peine si tu me regarde, tu es... distant... je pensais... que toi et moi... je pensais.... » Cela me fait de la peine qu’elle soit dans cet état ! Je voudrais la prendre dans mes bras tout en la berçant comme une enfant. Les larmes me montent aux yeux et quelques unes roulent sur ma joue. Cela fait trop mal ! Je veux être avec elle ! Pourquoi je pourrais pas moi aussi être un prétendant pour elle ? Ma naissance est sérieusement un mauvais point pour moi. Je serai pas un homme fait pour elle ! Mewyn revient vers moi pour m’adresser la parole « dis moi ce qui a... habituellement tu te gêne pas pour les sermons. » Je me mords intérieurement la joue parce que je retiens mes sermons justement même si actuellement je meurs plus d’envie de passer mes bras autour d’elle pour la serrer contre moi. Je pleure, ne retenant plus les larmes. Mon cœur manque d’exploser dans ma poitrine. Cette situation est trop douloureuse !

Je me lève brusquement puis prends Mewyn dans mes bras. Mon étreinte est tellement forte que je risque de lui couper la respiration mais peu importe… j’enfouis mon nez dans sa chevelure, respirant son doux parfum. Cela me manquait tellement ! Je pleure sans dire un mot… Je la serre fort contre moi. « ce que je ressens pour toi… est tellement fort… » Je me recule un peu pour plonger mon regard dans le sien. Je prends son visage entre mes mains puis caresse ses joues. Je dois me retenir ou pas ? Perdant alors le contrôle, je me jette sur sa bouche pour la dévorer passionnément. Je ne lui laisse pas le temps de reprendre sa respiration que je la plaque contre le mur pour poursuivre nos baisers fougueux. Mes mains passent sous ses cuisses pour la soulever et me presser entre ses jambes. Je poursuis mes baisers tout en gémissant contre ses lippes… je me recule brutalement comme si Mewyn me repoussait. Je reprends difficilement ma respiration. Mes lèvres sont gonflées et rougies par cette séance torride. Je mets de la distance entre nous… « on peut pas… tu… vous êtes la princesse d’Arnor, la dernière héritière d’Anarion. » Je passe mes mains dans mes cheveux parce que je suis anéanti entre mes sentiments pour elle et mon devoir envers elle. « pendant ton absence… j’ai trouvé qui tu es réellement… enfin vous… parce que vous êtes une princesse, il se passera rien entre nous… je vous protégerai comme je vous l’ai promis… » Les larmes coulent toujours en laissant des sillons sur mon visage. « on peut pas… »





 
 
Love is your candle.
Mewyn ☽ Je sais bien que tout nous sépare. Je sais qu’il faudrait s’enfuir. Mais je n’irai plus nulle part. Sans vouloir lui revenir. Sans vouloir nous retenir.

Invité

Invité
Ven 27 Jan - 15:26
La sentence
Cirwyn

tenue avec cape noire + Tu viens dans ses bras, posant ton visage contre son épaule et fermant les yeux. Il finit par passer ses bras autour de toi, sa main dans tes cheveux et tu te sens enfin bien, à ta place, chez toi. « ce que je ressens pour toi… est tellement fort… » Tu souris parce que tu ressens la même chose que lui. Tu veux lui dire, lui dire que tu l’aimes, que tu n’as pas cesser de penser à lui mais il prend enfin les devants, venant te plaquer contre le mur pour poser ses lèvres contre tiennes et t’embrasser comme si sa vie en dépendait. Tu fermes les yeux, tu en profites tu savoures ses lèvres alors qu’il glisse ses mains sous tes cuisses pour te relever. Tes bras se passent autour de ton cou, tes doigts sur sa nuque alors que tu te laisses totalement envahir par sa passion et sa fougue. Mais finalement, alors que tu penses que tout ira mieux, il recule, t’abandonnant là. Haletante. Surprise. Perdue. Tu le regarde sans comprendre alors que ton cœur se déchire un peu plus. « on peut pas… tu… vous êtes la princesse d’Arnor, la dernière héritière d’Anarion. » La princesse d’Anor ? Tu hausses un sourcil parce que tu ne comprends pas vraiment ce qu’il veut dire, tu ne réalises pas du tout ce qu’il peut bien dire finalement. Tu n’es que Mewyn, fille de la Neige des Terres du Nord, tu n’es qu’une voleuse, que Mewyn et tu l’as toujours été.. « pendant ton absence… j’ai trouvé qui tu es réellement… enfin vous… parce que vous êtes une princesse, il se passera rien entre nous… je vous protégerai comme je vous l’ai promis… » Il pleure, tu le vois et ton cœur se serre plus encore sous ses paroles. Une princesse ? Mais tu n’es pas une princesse, tu n’es qu’une orpheline. « on peut pas… » Ces mots raisonnent dans ta tête comme un coup de poignard en plein cœur. Il ne veut pas.. Il dit pourtant qu’il a de fort sentiment pour toi, mais, il ne veut pas te toucher, il laisse des suppositions, des mythes, aller à l’encontre de vos sentiments et met de la distance entre vous. Tu ne supporte pas ça.

Tu commences à t’énerver, à bouger sans cesse, à faire les cent pas dans le peu d’espace que vous avez. Ça t’énerve, parce qu’on ne demande pas ton avis. Ca fait vingt ans qu’on ne s’occupe pas de toi et là, on raconte des conneries, des bêtises sur ta lignée, sur tes ancêtres. Une princesse, non mais tu auras tout entendu. « je ne suis que Mewyn. La même que lorsque je t’ai volé. Je ne suis que Mewyn. » Tu commences à lever la voix parce que tu ne supportes pas cette situation, ça ne devait pas se passer ainsi. Tu devais le retrouver, lui dire que tu l’aimes, il devait te faire un sermon avant de te prendre dans ses bras et ne plus vous quitter. Mais rien ne ce passe comme prévu. Tu as beau tourner dans tout les sens ce qu’il te raconte, tu n’arrives pas à trouver comment il a pu croire une chose pareil. « je ne suis pas une princesse, juste Mewyn. » Finis-tu pas souffler, tristement.

Tu as du mal à comprendre ce qu’il peut te dire, ce qu’il peut bien penser surtout. Tout ce que tu veux c’est qu’il soit avec toi comme il l’a toujours été, qu’il cesse de ce poser des questions et de se tourmenter. Tu veux simplement qu’il pose ses lèvres sur toi et qu’il te possède, qu’il te touche, t’embrasse comme si cette nuit était la dernière. Tu veux qu’il soit le seul à pouvoir te toucher, le premier à te toucher, qu’il découvre ton corps comme on découvre un objet précieux, tu veux juste être précieuse à ses yeux, juste cette nuit. Tu t’approches de lui, posant tes mains sur les lanières de ta robe que tu retires lentement, tout en venant devant lui. Tu le fixe, laissant ton regard azuré dans les siens, retirant finalement cette robe que tu laisses tomber le long de ton corps. Tu frissonnes, à la température de la pièce. Tu restes ainsi, alors que tu finis par demander. « Puisque tu veux jouer a cela, tu dois obéir a ta princesse non ? » Tu n’attends pas de réponses, puisque tu te retrouve nue devant lui. Il peut cependant voir les multiples cicatrices qui ce sont ajouté, surtout cette sur ton ventre, tu as la même dans le dos, puisque l’épée t’a traverser. Un vrai coup de chance d’être encore en vie. « alors… je t’ordonne de m’aimer… cette nuit, je veux être tienne. » Tu sais bien que tu n’as jamais fait cela, tu ne sais pas s’il acceptera et s’il refuse tu le prendrais mal. Tant pis si ça ne doit etre qu’une nuit, tant pis s’il pense fort que tu es une princesse, tu lui ordonneras autant de fois que tu le pourras, s’il le faut.


Ciryaher

origine : en Terre du Milieu... j'ai vu le jour sur les terre elfiques des Havres Gris mais je m'y sens pas chez moi.
emploi : rôdeur / pirate / mercenaire
missives envoyées : 236
en Terre du Milieu depuis : 02/01/2015
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Ven 27 Jan - 22:37
La sentence
Cirwyn

Quelle souffrance de ne plus être une personne idéale pour Mewyn ! Je me meurs lentement parce que mon amour me consume intérieurement depuis ce premier regard. Elle est devenue une obsession, un sens à cette longue existence ! Je pensais que les recherches concernant mon père seraient plus importantes que le reste mais mon chemin a croisé celui de cette princesse exilée… il a suffi de ce regard pour me convaincre que mon existence lui serait totalement dévouée. Les choses sont beaucoup plus compliquées maintenant. Mon petit cœur se serre quand je pose mes yeux sur elle parce que nous ne pouvons pas être ensemble… et je voudrais être son homme plus que tout. Je pleure en sentant mon cœur se serrer tellement fort que j’ai la sensation qu’il va disparaitre dans ma poitrine. Mon comportement semble agacer Mewyn qui fait les cent pas alors que son aura devient assassine. « je ne suis que Mewyn. La même que lorsque je t’ai volé. Je ne suis que Mewyn. » Comment elle ne peut pas comprendre que les choses ne sont plus la même chose ? Mewyn est une princesse ! Son destin ne lui appartient pas réellement. Son existence doit être totalement tournée vers son royaume & son peuple. Pourquoi elle est aussi entêtée ?

Je soupire en essayant de ne pas montrer mon exaspération. Moi aussi cette situation me frustre mais on ne peut rien faire… « je ne suis pas une princesse, juste Mewyn. » Malheureusement NON ! Il faut quoi exactement pour qu’elle comprenne ? Je voudrais bien avoir une personne de son passé sous la main pouvant confirmer mes propos mais le temps me manquait pour ça. Je souhaitais uniquement retrouver Mewyn ! Il faut maintenant ouvrir les yeux… nous serons juste des compagnons de route, je la protègerai parce que je tiens toujours mes promesses. Le silence est devenu ma meilleure protection actuellement parce que je ne vois pas comment gérer ce qui se passe en ce moment. Ne bougeant pas, je reste sans voix quand elle se rapproche de moi. Son regard est envoûtant ! Je me sens totalement aspiré par ses beaux yeux bleus. Je pourrais la suivre n’importe où dans de telles circonstances. Je déglutis difficilement quand ses doigts défont les lacets de sa robe. Lorsque celle-ci tombe au sol, je reste ébloui par cette vision. Son corps nu est une merveille malgré les cicatrices. Je voudrais passer les doigts sur chacune d’entre elles… « Puisque tu veux jouer à cela, tu dois obéir à ta princesse non ? » Oui ! Je suis un bon serviteur alors évidemment que j’obéirai ?!

Mes yeux parcourent son corps comme s’ils voulaient garder en mémoire chaque parcelle de celui-ci. Pourquoi elle a fait ça ? On peut pas… ce serait pas correct ?! « alors… je t’ordonne de m’aimer… cette nuit, je veux être tienne. » Quoi ? Non ! Comment peut-elle me faire ça ? Je pourrais pas désobéir parce que je suis assez débile pour toujours obéir ! Je voudrais pourtant lui dire « non » car je ne voudrais pas lui faire l’amour dans ces circonstances. Cela la dérange pas ? Ne veux-t-elle pas une nuit passionnée ? Je passe mes mains dans les cheveux essayant de savoir ce que je compte faire. Pourquoi les choses sont aussi compliquées ? Elle est aussi peu soucieuse de ce moment ? Je suis presque certain que jamais elle a couché avec un homme avant… alors elle veut réellement que cela se passe sans émotions ? Je peux le faire ! Je suis amoureux de Mewyn mais me donner des ordres… bah cela me donne pas trop envie ! Je me redresse puis avance vers elle. Mes doigts glissent le long de son bras pendant que mon autre main suit le contour de cette cicatrice sur son ventre. Je me penche vers elle, mon souffle caressant son cou.

Nous sommes si proches qu’un petit mouvement de tête et nous nous embrassons… mais mes doigts se referment sur son coude pendant que mes yeux lancent des éclairs. « tu crois que tu peux jouer avec moi de cette façon ? » Je la regarde avec une certaine haine profonde. « je veux pas coucher avec toi parce que tu me l’ordonnes… si tu veux une première fois sans sentiment alors soit… » Je la repousse presque sans ménagement vers le lit. Je fais attention où elle met les pieds. Je la fais basculer sur le dos alors que je reste debout. « à vos ordres, princesse… » Ma voix est froide, on dirait presque un autre Ciryaher mais fera-t-elle la différence ? Je prends mon temps pour détacher les boutons de ma chemise. Les muscles de ma mâchoire se crispent. Je voulais pas lui faire l’amour parce qu’elle me l’ordonnait… mais comme je refusais aussi de faire autre chose maintenant que je sais sa véritable identité. Cela me fait mal qu’elle se sente obliger de me donner des ordres pour faire ce qu’elle veut… « alors princesse, on fait comment ? j’attends vos ordres ! »




 
 
Love is your candle.
Mewyn ☽ Je sais bien que tout nous sépare. Je sais qu’il faudrait s’enfuir. Mais je n’irai plus nulle part. Sans vouloir lui revenir. Sans vouloir nous retenir.

Invité

Invité
Ven 27 Jan - 23:04
La sentence
Cirwyn

 tenue avec cape noire + Ses doigts serrent ton coude, tu ne comprends pas, ho, il va te faire un sermon ? Même pas, pourtant tu aimerais, qu'il soit comme avant, quand il n'imaginait pas que tu sois une princesse, qui est l'idiot qui lui a mit ça dans la tete ? « tu crois que tu peux jouer avec moi de cette façon ? » Jouer ? Alors il pense que tu joues ? « je veux pas coucher avec toi parce que tu me l’ordonnes… si tu veux une première fois sans sentiment alors soit… » Tu es blessée, par ses propos. N'a-t-il pas comprit que tu l'aimais ? Que tout ce que tu cherches à faire, c'est attirer son attention, qu'il te regarde comme avant, comme lorsqu'il est venu voler ce baiser dans le lac, quand il est venu te réveiller de ce cauchemar. Que tu veux juste etre avec lui, dans ses bras. Tu finis par le lit uniquement parce qu'il y pousse brusquement. tu as même cru que tu allais tomber au sol mais le matela etait bien là. Tu ne comprends pas sa réaction, pourquoi son regard a tout simplement changer ? Ne t'aime-t-il pas ? Est-ce que tes sentiments pour lui ne sont pas réciproque ? Pourquoi ça fait tellement mal, ton coeur se serre et c'est une douleur intense et longue. Au fond, même se faire transpercer d'une épée est beaucoup moins douloureux que cela. « à vos ordres, princesse… » Tu ne comprends pas, tu voulais juste qu'il arrête de faire le chevalier,  qu'il se comporte normalement. tu voulais juste vous donner une chance, de passer la nuit ensemble, lui dire que si c'est un "ordre" il n'aura pas à culpabiliser mais finalement c'est pire. pourquoi tu ne fais pas les bons choix ? Pourquoi tout est tellement compliqué ? « alors princesse, on fait comment ? j’attends vos ordres ! » Il retire ses boutons de chemise lentement, tu aimerais pouvoir profiter de la vue, de ce moment mais tu n'as qu'une envie, pleurer.

Les larmes finissent par rouler sur tes joues alors que tu ne le regardes pas, tournant les yeux pour ne pas voir ce regard sur toi. Tu n'as pas peur, tu pensais juste qu'il laisserait simplement ses sentiments parler, et non pas qu'il obéirait bêtement. Alors tu pleures, parce que tu ne supportes pas cette situation. Tu finis par te redresser, allant rejoindre ta robe que tu enfiles à nouveau. Tu passes une main sous tes yeux, sechant tes joues des larmes qui perlent finalement abondament. Tu finis par attraper ta cape, la mettant sur tes épaules avant de prendre le chemin vers la porte de la chambre. Tu le déteste en ce moment, parce qu'il ne comprend rien. « tu n'es qu'un idiot. tout ce que je voulais... » tu fais une petite pause le temps de retenir un sanglot avant d'ouvrir la porte, ajustant bien ta capuche pour qu'on ne te reconnaisse pas. « c'était que tu me regarde, comme avant. ».

Tu profites qu'il soit encore en train de se rhabiller pour fuir. Il te suivra tu le sais, mais tu ne resteras pas ici une seconde de plus après ce qu'il a oser te dire. Tu n'as pas besoin d'un garde du corps, et si tu dois mourir, alors tu mourras. Tu cours presque, rejoignant l'écurie alors que tu signes, Petit Pain est déjà aux aguets, et tu grimpes rapidement avant de galopper pour partir. Tu veux trouver une forêt, un endroit calme pour dormir, pour pleurer. Tu ne sais pas s'il viendra te voir, pourtant il te connait suffisement pour savoir que tu repartirais forcement dans la foret. il n'y a que là ou tu te sens bien. Là, et dans ses bras, mais visiblement pour ce dernier point tu peux l'oublier. tu pleures, assise sur ton cheval en continuant de galopper, tu ne sais pas ou tu vas, et puis petit Pain finit par se stopper, tu descends et le laisser faire sa visite pendant que tu t'installes sur une branche, contre un arbre, ramenant tes genoux contre toi, les enlacant, ton front contre ceux-ci pour pleurer chaudement.


Ciryaher

origine : en Terre du Milieu... j'ai vu le jour sur les terre elfiques des Havres Gris mais je m'y sens pas chez moi.
emploi : rôdeur / pirate / mercenaire
missives envoyées : 236
en Terre du Milieu depuis : 02/01/2015
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 28 Jan - 0:33
La sentence
Cirwyn

Je me rends pas compte immédiatement que mon discours est un peu méchant… enfin je cherchais cet effet parce que Mewyn mérite une personne meilleure que moi. Comment on pourrait être ensemble ? On est pas issu de la même condition sociale. Il est important qu’elle puisse assurer la pérennité de son royaume. Je veux aussi lui faire comprendre que cela est blessant de recevoir ce genre d’ordres. Je ne comprends pas pourquoi elle fait ça ? Cela me donne la sensation que mes sentiments ne comptent pas. Je deviens uniquement un serviteur sans âme. Comme je voudrais tout renverser dans cette chambre… Je me retiens mais mon comportement est vexant pour elle parce que je deviens le Ciryaher mauvais… celui que mon père aurait probablement aimé parce que je lui ressemblais alors. Je ne supporte pas cet homme que je deviens quand il faut protéger mes sentiments. La preuve : Mewyn pleure… Je ne voulais pas être ainsi avec elle. Je voulais seulement lui faire comprendre que ce genre de moment se partage. On en garde souvent un assez mauvais souvenir alors pas la peine de noircir le tableau encore plus. Je me sens affreusement minable en étant ainsi avec elle. J’aurais pas pu faire un petit effort ? NON ! Je ne voulais pas lui faire l’amour parce que madame me l’ordonne ! Je ne changerai pas d’avis sur ce point.

Lorsque ma voleuse se redresse pour reprendre sa robe ainsi que sa cape, je me demande si nos chemins seront encore séparés ou pas. Je pensais qu’elle devait plus m’abandonner ? Elle aurait menti ? Pourquoi pas ? Les gens sont tout le temps des promesses qui ne sont jamais tenues. Mon cœur se serre en comprenant que toutes les bonnes choses ont une fin. Nous venons peut-être de tout détruire… « tu n'es qu'un idiot. tout ce que je voulais... » Je redresse la tête pour observer Mewyn. Que compte-t-elle me dire ? Nous sommes plus que deux étrangers ? Je suis perdu… enfin partagé entre mes sentiments pour elle & sa couronne. On vit pas dans une époque où nous épousons qui nous souhaitons ! Les temps sont sombres… on est ici uniquement pour survivre et faire ce que l’on nous demande. « c'était que tu me regarde, comme avant. ». Quelle obstination ! Je ne peux plus la regarder comme avant ! Mewyn est une princesse ! Comment lui faire comprendre ça ? Je prends une grande inspiration mais pas le temps de répondre parce qu’elle quitte la chambre. Je reste alors interdit comme si cette éventualité ne soit jamais venue dans mon esprit.

Encore une fuite ? Un abandon ? Nous allons être deux personnes qui partiront chacun de leur côté ? On oublie nos sentiments ? Cela me faisait mal ! Les larmes de Mewyn sont comme des perles de feu tombant sur mon cœur. Je pensais que nous serions assez fort pour trouver une solution ou pas… Je quitte la chambre plusieurs minutes après elle. Aucune course poursuite pour ma part. Elle a choisi de partir une nouvelle fois alors pourquoi lui courir après ? Je descends dans la rue pour marcher sans aucun but mais je me retrouve avec Aulendil qui me donne des petits coups dans le dos. Je souris puis caresse son museau. Je monte ensuite pour quitter la ville sans savoir quelle direction prendre. Je laisse ma monture choisir notre destination… et il trouve rien de mieux que nous emmener dans une forêt. POURQUOI ? Ils sont tous contre moi ou quoi ? Je suis un amateur des espaces verts ! Regardant autour de moi, je me demande bien pourquoi mon cheval a choisi cet endroit. Pas le temps de me poser des questions parce qu’il se cambre brusquement m’envoyant au sol. FANTASTIQUE ! Je vais être couvert de bleus ! Je regarde vers le ciel et aperçoit un tissu flottant dans la douce brise nocturne. Aulendil me pousse vers Mewyn ?

Je passe une main sur mon visage pour essayer de comprendre pourquoi il a fait une telle chose… mais il est une vraie tête de mule ! Je fais quoi maintenant ? Que puis-je lui dire ? « tu comptes fuir encore une nouvelle fois ? » Je reste allongé parce que cela me donnera moins mal au cou pour lui parler ! « je suis désolé… je voulais pas te faire pleurer… mais tu peux pas demander ça de cette façon… tu regretteras toute ton existence de ne pas avoir eu ce moment avec des sentiments. » Je sais même pas pourquoi je lui dis tout ça. Cela la touchera peut-être pas… « je veux pas te faire l’amour parce que tu me l’ordonnes… j’ai envie de te faire l’amour parce que je t’aime… mais tu es une princesse alors cela a plus aucune importance… ton destin est plus important que le reste. »




 
 
Love is your candle.
Mewyn ☽ Je sais bien que tout nous sépare. Je sais qu’il faudrait s’enfuir. Mais je n’irai plus nulle part. Sans vouloir lui revenir. Sans vouloir nous retenir.

Invité

Invité
Sam 28 Jan - 1:03
La sentence
Cirwyn

 tenue avec cape noire + La forêt, c'est toujours cette endroit qui te rassure dans tout les moments de ta vie, mais c'est la première fois que tu t'y réfugies pour pleurer à chaude larme. Ton coeur se brise un peu plus à chaque instant et tu ne sais pas comment le réparer. Tu sais soigner toutes les blessures, ou presque, les coups de couteaux, les coups d'épée et même les coups de poings. mais jamais tu n'avais eu besoin de réparer ton coeur. Toi, tu veux juste etre avec lui, etre dans ses bras et simplement parcourir le monde comme tu le faisais avant. Tu ne moque de ces idiots qui prétendent que tu es une princesse. De toute façon, même si c'était vrai, tu n'en ferais rien. tu es juste Mewyn, fille du Nord. Tu n'es pas princesse, tu n'es même pas capable de dormir une nuit entière dans un lit. « tu comptes fuir encore une nouvelle fois ? » Tu sursaute, relevant la tête alors que tu passes une main sur tes yeux rouges. Tu essaies de faire comme si tout cela te laisse indiférent mais évidement que non. Tu ne penches même pas la tête pour savoir ou il est et ce qu'il fait. Tu reste sur ta branche.  « je suis désolé… je voulais pas te faire pleurer… mais tu peux pas demander ça de cette façon… tu regretteras toute ton existence de ne pas avoir eu ce moment avec des sentiments. » tu ne veux même pas l'écouter, tu replonges simplement le visage dans tes genoux, restant sur cette branche d'arbre avec une facilité naturelle. Tu ne te sens même pas mal installée. « je veux pas te faire l’amour parce que tu me l’ordonnes… j’ai envie de te faire l’amour parce que je t’aime… mais tu es une princesse alors cela a plus aucune importance… ton destin est plus important que le reste. » Le revoilà avec son histoire de princesse, ça te saoule.

Non vraiment, il ne peut pas arrêter de te prendre pour une princesse ? Il ne comprend pas qu'avec ses bêtises, il vous fait souffrir plus qu'autre chose ? Tu n'aurais jamais du revenir, tu aurais du rester à Foncombes, peut-etre que ton généreux soigneur aurait accepté que tu restes encore un peu le temps de te reposer. mais non, tu pensais bien trop à cet idiot, tu pensais bien trop à ton coeur qui souffrait d'etre loin de lui et finalement aujourd'hui c'est encore pire parce que vous vous faites du mal. Tu finis cependant par marmoner. « tais toi... si c'est pour dire des sotises. » car pour toi, dire que tu es une princesse c'est évidement des conneries. Tu continues de rester a ta place, hors de question que tu descendes pour le moment. Tu trembles, tu retiens les sanglots. Tu profites d'avoir cette grande capuche pour te recouvrir la tete et mettre dans l'ombre ton visage.

Tu finis par descendre de l'arbre, mais tu ne veux pas qu'il voit ton visage, alors tu restes cacher. tu ne veux pas qu'il te vois pleurer, qu'il te vois souffrir de la sorte. « je suis le seul maitre de mon destin. et je ne laisserais personne me dire qui je dois aimer. princesse ou pas, je veux même pas savoir si tes propos sont vrais ou juste des légendes. » tu tentes de parler un peu plus correctement, sans que ta voix ne tremble. Tu ne bouges pas de ta place, le regardant alors qu'il est allongé sous l'arbre. « est-ce que tu comprends ? peu importe mon sang, ma lignée, peu importe ce que les gens prétendent, je suis Mewyn. Juste une voleuse aimant son idiot de semi-elfe. » Tu insiste bien sur "son", parce que si tu es sa princesse, il est ton idiot. Tu ne sais pas ce qu'il dira, ou s'il va encore continuer a dire que c'est impossible, mais dans ce cas là, tu ne supporteras pas d'etre près de lui, et de faire comme si tout va bien. « je ne supporte pas d'être loin de toi... mais je ne supporterais encore moins, d'etre près de toi sans pouvoir t'aimer pleinement. » La balle est dans son camp, c'est lui qui prendra la décision.

Ciryaher

origine : en Terre du Milieu... j'ai vu le jour sur les terre elfiques des Havres Gris mais je m'y sens pas chez moi.
emploi : rôdeur / pirate / mercenaire
missives envoyées : 236
en Terre du Milieu depuis : 02/01/2015
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 28 Jan - 20:50
La sentence
Cirwyn

Le feuillage est dense mais une douce brise laisse parfois apercevoir les étoiles entre les feuilles au vert intense. Ce ballet est fascinant mais aussi étouffant. Il me donne la sensation de me faire enfermer dans un cercueil végétal. Je suis un homme qui aime les grands espaces. Je pourrais vivre dans une forêt ? Cela me permettrait d’être avec Mewyn ? Oui je serai capable de faire une telle chose pour elle. Je ferai absolument tout pour elle ! Pourquoi elle comprend pas que cette nouvelle situation me tue lentement ? Je me consume pour elle depuis un moment, sans m’en rendre compte… et elle est devenue une personne inaccessible. Je peux seulement soupirer après elle sans une petite lueur d’espoir. Cela me rend triste que Mewyn soit aussi obstinée. Je l’aime aussi pour ce fort caractère ! La demoiselle ne se laisse pas faire facilement et cela me plait beaucoup. « tais toi... si c'est pour dire des sottises. » Je souris parce que mes propos ne sont pas des bêtises mais elle veut seulement pas accepter la vérité. Je passe une main sur mon visage pour en chasser la fatigue et les larmes. Que pourrais-je faire maintenant ? Je dois prendre mes distances avec elle ? Je dois continuer ma mission de protection ? Je suis perdu !

Mewyn descend de son perchoir avec une grâce toute elfique. Il y a pas des descendants elfes dans la lignée d’Anarion ? Je la regarde faire avec fascination. Je serai toujours impressionnée par cette souplesse et cette agilité dont elle fait preuve. « je suis le seul maitre de mon destin. et je ne laisserais personne me dire qui je dois aimer. princesse ou pas, je veux même pas savoir si tes propos sont vrais ou juste des légendes. » Pourquoi elle se rebelle avec moi alors je ne fais pas partie des personnes influentes ? Je suis même pas membre de sa cour ! Je suis uniquement à son service ! Je comprends son indignation mais je peux rien faire contre ça. « est-ce que tu comprends ? peu importe mon sang, ma lignée, peu importe ce que les gens prétendent, je suis Mewyn. Juste une voleuse aimant son idiot de semi-elfe. » Je me redresse brusquement en entendant ses quelques mots. Mewyn serait amoureuse de moi ? Mes sentiments sont partagés ? Je pensais pas que cette femme me regarderait… enfin je me doutais que quelque chose se passait entre nous mais je ne rêvais pas de réciprocité. Cela changeait absolument tout !

« je ne supporte pas d'être loin de toi... mais je ne supporterais encore moins, d'être près de toi sans pouvoir t'aimer pleinement. » Jamais je laisserai Mewyn à un autre homme ! Elle est mienne ! Je me rapproche alors d’elle, posant mes mains sur son cou. Je caresse sa peau avant de lui faire lever le menton vers moi. Je plonge mes yeux dans les siens, rougis & gonflés par les larmes. Plus jamais cela arrivera parce que je permettrai que l’on lui fasse du mal. Je pose mes lèvres contre son front avec beaucoup de tendresse puis appuie mon front contre le sien. « tu es mienne ! » Je ne cille pas une seule seconde ainsi cela fera passer le message. Je me penche ensuite pour embrasser tendrement sa bouche puis me jette sur elle pour un baiser passionné. Je ne lui laisse pas le temps de reprendre son souffle que je glisse ma langue entre ses lèvres pour taquiner la sienne. Plus jamais je permettrai à qui que ce soit de lui faire du mal ! Je passe mes mains sous ses bras pour la soulever et lui faire comprendre de passer ses jambes autour de moi. Je nous entraine vers une petite souche coupée où je fais asseoir Mewyn pendant que mes doigts font tomber sa capuche. Mes lèvres assaillent son cou alors que mes doigts jouent avec ses cheveux qui me rendent fou. Je remonte vers son oreille « tu es tellement belle… » J’embrasse sa mâchoire puis me recule un peu, le temps de reprendre mon souffle. Comment avais-je pu essayer de mettre de la distance entre nous ? Je suis devenu fou… bon je pense quand même que notre amour est interdit mais je pourrais pas vivre loin d’elle ! « j’ai envie de toi… » Je l’embrasse une nouvelle fois avant de glisser une main entre ses jambes pour venir caresser son intimité à travers le tissu de sa culotte. « je peux pas te faire l’amour devant tous ses arbres. » Je lui souris avec taquinerie puis vole un baiser. « reviens dans notre chambre »





 
 
Love is your candle.
Mewyn ☽ Je sais bien que tout nous sépare. Je sais qu’il faudrait s’enfuir. Mais je n’irai plus nulle part. Sans vouloir lui revenir. Sans vouloir nous retenir.

Invité

Invité
Sam 28 Jan - 21:13
La sentence
Cirwyn

 tenue avec cape noire + Tu en as marre d'entendre des "princesse" par ci et "princesse" par là. Tu ne comprennais pas pourquoi les mercenaires t'apellaient ainsi mais tu commences à comprendre. Qui a mis dans la tête des gens que tu étais de sang royal ? tu n'es que Mewyn, juste une pauvre voleuse rodant principalement du coté des arbres parce qu'elle s'y sent en sécurité. Tu ne veux pas que Ciryaher soit loin de toi, tu ne veux pas qu'il soit totalement distant, qu'il refuse tes sentiments. Alors tu finis par lui expliquer, que peut importe tout cela, tu refuses de laisser quelqu'un dire de qui tu dois etre aimer, et qui tu dois aimer. Tu l'aimes lui, mais cet idiot ne l'a toujours pas compris. Mais quand tu finis par exprimer explicitement que tu l'aimes, il se relève brusquement pendant que toi, tu pleures. Il finit par approcher, ton coeur loupant un battement alors que ses mains se posent au niveau de ton cou. Il caresse ta peau et tu fermes légèrement les yeux a ce contact. Doucement, il relève doucement ta tete et pose son front contre le tient. « tu es mienne ! » Puis sans comprendre ses lèvres sont sur ta bouche, t'embrassant avec tendresse avant que son baiser ne devienne que plus passionné. Tu fermes les yeux, frisonnant a son contact alors que tu réponds, bien que maladroitement, a son baiser. Tu t'abandonnes a lui, tu lui appartiens.

Mais l'elfe ne s'arrête pas à ce baiser, passant ses mains sous tes bras pour te soulever. Tu passes tes jambes autour de lui, t'aggripant alors à son cou. Il commence a bouger mais ses lèvres ne quittent pas les tiennes et doucement il te pose sur une souche. tu frisonnes, ouvrant les yeux ensuite pendant qu'il fait tomber la capuche. Ses lèvres s'attaquent à ton cou et tu ne peux que soupirer, lacher un petit gémissement qui te donne le rouge aux joues. « tu es tellement belle… » Il finit par reculer, et tu le regarde avec amour et envie. Tu ne veux pas qu'il se stoppe, qu'il arrête de te toucher, de t'embrasser, de te caliner. Tu veux simplement qu'il reste prêt de toi, qu'il se comporte normalement. « j’ai envie de toi… » Tu rougies etrangement. Tu as honte un peu, c'est idiot, mais c'est la première fois que tu es dans cette situation et tu ne sais pas comment réagir. Il vient à nouveau t'embrasser, mais sa main glisse le long de ta cuisse pour se faufiler sous la robe et venir caresser ton intimité. Tu sursaute, ton coeur s'affolle et après la surprise, tu trouves cela agréable. « je peux pas te faire l’amour devant tous ses arbres. » Il sourit, et tu acquiesces. Toi ça ne te dérange pas mais peut etre que c'est pas bien, après tout, tu n'y connais rien. « reviens dans notre chambre »

Alors tu acceptes et finalement, après avoir repris les chevaux etc, vous vous retrouver à nouveau dans la chambre d'auberge. Tu retires a nouveau la capuce et la cape pour ne laisser que la robe. Tu ne sais pas comment réagir, quoi faire, c'est lui l'homme qui a déjà connu des femmes avant toi. Tu finis par dire, timidement.. « je.. je.. c'est la première fois.. je sais pas... comment... ça marche. » tu as honte de toi, tu en pleures parce que tu as simplement peur de faire des bêtises, de dire des choses qui ne se font pas.

Ciryaher

origine : en Terre du Milieu... j'ai vu le jour sur les terre elfiques des Havres Gris mais je m'y sens pas chez moi.
emploi : rôdeur / pirate / mercenaire
missives envoyées : 236
en Terre du Milieu depuis : 02/01/2015
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Sam 28 Jan - 23:07
La sentence
Cirwyn

Acceptant de retourner vers notre auberge, je me demande comment cela va se passer maintenant entre nous… je me sens tellement nerveux que je serre trop fort les rênes de mon cheval. Aulendil secoue la tête avec agacement pour me faire comprendre que cela le rend mal. Je baisse les yeux m’interrogeant sur la suite des choses. Ce serait bien de nous plonger dans une histoire sans avenir ? Mewyn reste une princesse… mais je ne peux pas accepter que cette voleuse soit avec un autre. Je ne le supporterai pas ! Les muscles de ma mâchoire se crispent parce que cette image me rend fou de colère ainsi que de jalousie. Je peux pas ! Elle est mienne ! Quand nous revenons dans la chambre, je me demande pourquoi je lui ai proposé une telle chose. Est-ce pas trop tôt ? Pourquoi je me prends autant la tête ? Cela cogite trop là-haut ! Fichu sang elfique ! Je regarde Mewyn retirer sa cape tandis que je fais pareil avec mon manteau. « je... je... c'est la première fois… je sais pas... comment... ça marche. » Je souris en espérant être rassurant mais quand elle éclate en sanglots, je reste interdit. Pourquoi ? Il se passe quoi ? Je me précipite vers elle pour la prendre dans mes bras. Cela l’angoisse ? Je veux pas être une source de stress pour elle.

Posant mon menton au-dessus de sa tête, caressant son dos délicatement, je prends une décision parce que Mewyn ne semble pas être bien en ce moment. « on va prendre le temps de manger… on se retrouve après une longue séparation… » Je pourrais peut-être me montrer bien corrosif ? Je réfléchis pas toujours à mes propos. Je joue avec ses cheveux, ils sont tellement soyeux. Leur parfum est envoûtant ! « on a pas besoin de faire autre chose… » Je me recule pour retourner vers la table et remettre les choses en place. Je réclame des plats plus chaud, la serveuse pensait ronchonner mais en voyant mon sourire elle rougit puis court afin de me faire plaisir. Je me retourne et reprends Mewyn dans mes bras. « ne pleure plus… » Je dépose un baiser sur son front doucement. « on a tout le temps pour aller plus loin. » Je peux pas abuser d’une femme. Cela a jamais été mon caractère. « on dormira ensemble si tu le veux mais il y aura rien… »

La serveuse toque pour nous apporter nos plats. Je lui embrasse la main en signe de remerciement. Rougissant, elle regarde Mewyn puis disparait… Je prends place à table tout en reprenant une conversation normale parce que je veux pas qu’elle se sente mal en ma présence. Cela peut être un moment stressant une première fois… en plus je suis pas un homme tendre. Je suis pas brutal mais comment mettre une pucelle à l’aise ? Je sais pas ! Mon expérience se limite uniquement aux femmes ayant déjà eu ce genre de rapport. « Où tu étais pendant ses 3 mois ? »





 
 
Love is your candle.
Mewyn ☽ Je sais bien que tout nous sépare. Je sais qu’il faudrait s’enfuir. Mais je n’irai plus nulle part. Sans vouloir lui revenir. Sans vouloir nous retenir.

Invité

Invité
Sam 28 Jan - 23:28
La sentence
Cirwyn

 tenue avec cape noire +  Tu te mets à pleurer parce que la pression est trop grande, mais aussi parce que tu es soulagée de le voir ainsi avec toi. Tu ne supportais pas sa distance avec toi, tu ne supportais pas le fait d'être si froid et maintenant, tout cela disparait doucement et tu finis par craquer toi aussi. Il vient te prendre dans ses bras et tu te love contre lui. « on va prendre le temps de manger… on se retrouve après une longue séparation… » Tu poses ta tête contre son épaule, fermant les yeux en restant ainsi, tu te sens enfin en sécurité, en dehors des arbres. « on a pas besoin de faire autre chose… » Il finit par se reculer et tente de tout remettre en ordre pendant que tu reprends doucement tes esprits. Il finit même par demander a une serveuse de ramener deux plats chauds mais tu n'as pas spécialement faim, à vrai dire. Une fois cela fait, il revient vers toi et repasse ses bras autour de toi. tu fermes les yeux a nouveau pour te lover contre lui. « ne pleure plus… » un baiser, et tu souris doucement. « on a tout le temps pour aller plus loin. » Vous avez le temps, oui, tu n'as plus l'intention de partir. « on dormira ensemble si tu le veux mais il y aura rien… »

La serveuse finit par revenir pour apporter les repas. Mais sur le moment, tu ne penses pas à cacher ton visage. C'est bien trop tard quand tu y penses et tu espère uniquement qu'elle ne fera pas le lier avec Mewyn, qu'elle ne te connaissait pas avant et qu'elle ne pourra donc pas dire qu'elle t'a vu bien vivante. Tu tentes cependant de ne pas paniquer pour cela, tu as déjà bien suffisement de soucis pour ça. Tu finis simplement par prendre place au bord du lit. Tu as vraiment envie de passer la nuit avec lui, dans ses bras, mais tu as peur parce que contrairement à lui, tu n'as aucune expérience. Tu ne t'ai jamais offerte à qui que ce soit avant lui, tu n'as jamais eu de sentiments pour qui que ce soit de toute façon. il est le premier homme a faire naitre ses envies en toi et tu veux vraiment t'offrir a lui mais tu ne sais pas comment t'y prendre. Et ca ne fait que te stresser encore plus. « Où tu étais pendant ses 3 mois ? » Tu sors de tes pensées, relevant les yeux vers lui.

Pendant trois mois, tu as simplement voyager, parcourut les terres du milieu sans vraiment de but, jusqu'à finir a foncombes pendant une quinzaine de jours. Tu hausses les épaules puis reprends. « j'ai voyagé, j'ai essayer de t'oublier. je voulais pas, que tu risque ta vie pour moi, je voulais pas que toi aussi, tu meurs par ma faute.» tu fixes tes genoux, tête basse. « puis je me suis fais avoir, je pensais mourir dans cette foret. quand je me suis réveillée, j'étais a Foncombes depuis des jours déjà. Quand je pouvais a nouveau bouger normalement, je suis venue te rejoindre. » Tu fixes toujours le sol, avant de reprendre d'une voix tremblante. « c'était douloureux, loin de toi. »

Tu finis par te relever, revenant prendre place dans ses bras. Ta tête contre son épaule, tu fermes les yeux pour finalement reprendre. « j'en ai vraiment envie... c'est juste... que je sais pas comment... toi, tu as déjà connu d'autres femmes... » Aors que toi tu es totalement vierge, que personne n'a pu t'expliquer comment faire les choses ou meme comment ca ce passe.

Ciryaher

origine : en Terre du Milieu... j'ai vu le jour sur les terre elfiques des Havres Gris mais je m'y sens pas chez moi.
emploi : rôdeur / pirate / mercenaire
missives envoyées : 236
en Terre du Milieu depuis : 02/01/2015
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Dim 29 Jan - 3:34
La sentence
Cirwyn

Mewyn est nerveuse uniquement parce que je voulais que nous allions un peu plus loin aujourd’hui ? Il se passe autre chose ? Loin de son royaume pourquoi ? A-t-elle une mission particulière ? Je suis un pion embarrassant ? Je me pose plein de questions mais impossible d’avoir des réponses. Ce sera toujours ainsi ? Probablement comme elle refuse de me dire ses secrets. Je les apprendrai tout seul ! Comme elle semble terrifiée, je choisis de prendre notre temps. Nous sommes amoureux alors cela aurait aucune importance ? Cela ne lui donnera pas envie de trouver un autre homme ? Je dois faire confiance mais il est difficile de laisser une femme avoir une telle emprise sur mon cœur. Que se passerait-il si jamais elle se détournait de moi ? Refusant de laisser de sombres pensées me gagner, je change notre conversation en quelque chose de plus banal. Je lui demande poliment ce qu’elle faisait ses 3 mois de disparition. « j'ai voyagé, j'ai essayé de t'oublier. je voulais pas, que tu risques ta vie pour moi, je voulais pas que toi aussi, tu meurs par ma faute.» Pourquoi elle choisirait ma mort ? Je vis depuis de nombreuses années… et une certaine lassitude finit par doucement nous gagner quand on a une existence aussi longue que la mienne. Comment font les elfes ? Ils ne deviennent pas fous ? En même temps, ce sont pas des personnes se mêlant aux autres peuples… enfin un peu mais ils aiment être entre eux. Ils peuvent comprendre la douleur de voir ses amis vieillir puis mourir. Je ne voulais pas une vie sans elle.

« puis je me suis fais avoir, je pensais mourir dans cette foret. quand je me suis réveillée, j'étais à Foncombe depuis des jours déjà. Quand je pouvais à nouveau bouger normalement, je suis venue te rejoindre. » Cet accident lui avait offert cette fameuse cicatrice sur le ventre ? Les rumeurs concernant sa mort avaient alors pris racine à ce moment ? Fondcombe ? Je suis jamais allé dans la demeure du seigneur Elrond… et je pourrais jamais y mettre les pieds. C’est une longue histoire ! « c'était douloureux, loin de toi. » Je lance un regard sombre parce que je pouvais pas oublier cette souffrance ressentie pendant ces trois longs mois. Je mourrais lentement pendant que je la recherchais… et Mewyn se trouvait dans un des endroits où je serai jamais le bienvenu. Ma voleuse revient vers moi, prenant place sur mes genoux. Sa tête reposant contre mon épaule, elle semble incroyablement fragile en se comportant ainsi. « j'en ai vraiment envie... c'est juste... que je sais pas comment... toi, tu as déjà connu d'autres femmes... » Je pose ma main sur les siennes pour lui assurer ma présence auprès d’elle. Mes pouces caressent sa peau fine malgré une vie difficile dans la nature.

Je presse sa hanche avant de lui murmurer « c’est trop douloureux sans toi… ne repars plus jamais, s’il te plait. » Je remonte ma main vers sa nuque pour la caresser. « des femmes pour lesquelles je fus jamais le premier… je sais pas comment me comporter dans ce genre de situation. » Je passe un bras sous ses genoux puis la dépose délicatement sur le lit. Je me mets au-dessus d’elle sans faire quoique ce soit. Je plonge mes yeux dans les siens. « laisse-toi faire… laisse les émotions prendre le dessus… » Je me penche pour l’embrasser tendrement puis presse mon corps contre le sien. Je continue de déguster sa bouche tout en glissant une main dans ses cheveux. « dis-moi quand ça va pas… » Je couvre son cou de baisers humides puis descends vers sa gorge. Je me redresse en lui prenant la main. Je viens me placer dans son dos, embrassant sa nuque puis son épaule. Je défais lentement les lacets de sa robe. « cette robe est très jolie mais elle me gêne… » Je la fais glisser le long de son corps puis pose mes mains sur ses hanches. « j’aime sentir ta peau sous mes doigts… » Je fais lentement pivoter Mewyn vers moi. Mes yeux parcourent ce corps divin alors que mes doigts suivent le contour de sa cicatrice. Je capture ses lippes pour un baiser fougueux avant de lui murmurer « déshabille-moi… et touche-moi… » Il ne faut pas que mon corps lui fasse peur.




 
 
Love is your candle.
Mewyn ☽ Je sais bien que tout nous sépare. Je sais qu’il faudrait s’enfuir. Mais je n’irai plus nulle part. Sans vouloir lui revenir. Sans vouloir nous retenir.

Invité

Invité
Dim 29 Jan - 10:29
La sentence
Cirwyn

 tenue avec cape noire +

Contenu sponsorisé


Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: