Partagez| .

Le dernier aveu [Cirywyn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2

avatar


origine : en Terre du Milieu... j'ai vu le jour sur les terre elfiques des Havres Gris mais je m'y sens pas chez moi.
emploi : rôdeur / pirate / mercenaire
missives envoyées : 236
en Terre du Milieu depuis : 02/01/2015

me joindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le dernier aveu [Cirywyn]   Dim 15 Jan - 22:30
Le dernier aveu
mewyn & ciryaher

Les femmes sont des créatures captivantes mais compliquées… elles sont capables de retenir toute votre attention uniquement en posant leurs beaux yeux sur vous. Certaines ont une voix mélodieuse, promesse de mille et une nuit passionnées. Parlons aussi de ses silhouettes gracieuses qui attirent vos regards quand elles passent sous votre nez. Je pourrais parler longuement des charmes féminins mais ce tableau peut être pas idyllique. Il y a tous les petits détails qui nous agacent profondément. Les femmes pensent toujours que nous sommes des êtres faibles pouvant être manipulés facilement… donnant des ordres comme si nous étions leur pantin. On est assez idiot pour se faire avoir selon la situation nous liant à cette femme. On peut se montrer vraiment stupide quand nous sommes en leur compagnie pourtant on a besoin d’elles… je me retrouve dans une situation délicate avec ma voleuse. Pourquoi avais-je choisi de partir une nouvelle fois après elle ? Je pouvais pas uniquement passer mon chemin ? Comprenant pas mes motivations, je dois bien avouer que maintenant je ferai bien demi-tour… cette femme annonce de gros ennuis en perspective. Je cherche pas les complications alors pourquoi ? Je pressens que cette décision me plonge dans une histoire rocambolesque. Il serait temps de prendre le large, je me glisserai lentement vers la lisère puis galoperai vers le Gondor pour me rendre en Harad. Je glane toujours des informations sur mon père mais celui-ci semble être un fantôme.

Cette elfe causera probablement ma perte, il faudrait que je mette une bonne distance entre nous… pourquoi alors que je suis conscient de ça, je reste avec elle ? Pire ! Je la provoque ! Levant les yeux vers cette branche, je me demande pourquoi elle monte aussi haut alors que sa cuisse est blessée. Quand elle descend en sautant, je soupire : non mais quelle inconscience ! Sa main se pose sur sa blessure, mes yeux remarquent cette jambe dénudée… et comme cela me donne envie de poser mes doigts dessus pour la caresser. Oh lalalala ! On va stopper immédiatement ses pensées ! Il est pas bon de se comporter ainsi. « Et que savez vous des miens Messire ? » Elle souhaite un discours sur les elfes ? Je pourrais lui montre un bon grimoire mais il risquerait de comporter mes avis sur plein de points qui finirait par la vexer sérieusement. Je mords ma langue pendant qu’elle croque dans sa pomme. Lorsqu’elle va planter son trognon, je lève les yeux au ciel. Ils trouvent qu’il y a pas assez d’arbres en Terre du Milieu ? Les elfes ! Ils sont pas possibles !

« Si Messire, n'a pas peur de la nuit, je lui propose de partager mon campement pour ce soir. » Lançant un regard assassin, je descends de ma monture qui me suit docilement alors que je tiens même pas ses rênes. Aulendil est un cheval élevé par les elfes. Il a pris l’habitude de veiller sur moi quand je suis sur la terre ferme. Il se tient un peu plus loin pendant que je me rapproche de cette voleuse. Je lance avec désinvolture « je connais bien des choses sur les vôtres… vous êtes moins nombreux mais pas inexistants. » Comment je pourrais savoir que mes paroles sont valables pour les deux peuples ? Elle est une elfe pour moi ! Les Dunedains ? Ce sont des personnages des récits pour enfants ? Je sais pas que je me trompe sur elle. Je m’assois avec elle pendant que Aulendil se rapproche pour que je puisse fouiller dans ses sacoches. Je sors toutes mes dagues pour les remettre dans mes poches ou mes bottes. Je me tourne vers elle « pourquoi fuyez-vous ainsi ? » Ah oui ! Je suis incroyablement têtu. Impossible de ne pas passer cette soirée avec elle sans savoir qui elle est & pourquoi ses mercenaires voulaient sa peau. Je joue avec les manches de ma chemise. « je ne crains personne ni rien… mais les forêts sont des lieux oppressants, demoiselle… je préfère les alcôves des chambres… » Je lui lance un regard provocateur, promesse de prouesses exceptionnelles. Je suis un bon amant, mes conquêtes se sont jamais plaintes de mes performances. Cela lui ferait probablement du bien de coucher un peu pour se détendre…




 
 
Love is your candle.
Mewyn ☽ Je sais bien que tout nous sépare. Je sais qu’il faudrait s’enfuir. Mais je n’irai plus nulle part. Sans vouloir lui revenir. Sans vouloir nous retenir.

avatar


âge : 30
origine : arnor, terre des dunedains
emploi : rodeuse, voleuse
missives envoyées : 133
en Terre du Milieu depuis : 05/01/2017

me joindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le dernier aveu [Cirywyn]   Dim 15 Jan - 22:30
Le dernier aveu
mewyn & ciryaher

tenue +  Les tiens.. Comment pourrais-tu croire une seconde qu'il te pense être une elfe. Est-ce que tu as vraiment l'air d'une dame elfe ? Tu n'as pas leur beauté, leur grace, leur eclat. Toi, tu n'es qu'une pauvre fille du Nord, loin des terres d'Arnor, qui fuit un ennemie qu'elle ne connait pas et qui se balade, d'arbre en arbre, en espérant cacher ses traces. N'importe quel rodeur pourrait retrouver la trace de quelqu'un, mais toi, à la différence des autres, c'est qu'une fois que tu entre dans une forêt, on ne sait pas par ou tu passes puisque tu prends le chemin des branches, surélevées. « je connais bien des choses sur les vôtres… vous êtes moins nombreux mais pas inexistants. » Il n'a pas tord. Les dunedains se sont de plus en plus rare mais vous êtes toujours bien là, rodant parmis les autres, parfois cachant simplement son identité pour ne pas attirer l'attention. Tu secoues la tête en répliquant uniquement. « c'est pas faux. » Pas une seconde tu ne penses qu'il parle des elfes. Mais actuellement ces propos sont juste. Tu ne dis rien de plus, posant ton attention sur lui alors qu'il déploie ses armes. A-t-il peur que tu ne l'agresse cette nuit ? Non, tu n'en as que faire, mais tu pourrais très bien le voler. Mais tu ne le feras pas puisqu'il t'as aider, un peu plu tôt, avec les mercenaises.

Sa tenue semble posséder de multiples endroits pour ses armes, alors que toi tu n'as de place que pour une dague, à tes hanches et à ta cuisse, quand il faut la cacher sous la tenue. Tu admires le cheval, tout de même, il est beau et bien dressé, contrairement à ton chenapan de Petit-Pain. Cela dit, il ne t'a jamais fait faux-bond malgré tout. Il est toujours là au levé du soleil, il sait parfaitement ou venir te retrouver et à quel moment. « pourquoi fuyez-vous ainsi ? » Tient, il n'avait visiblement pas oublier cela. Tu secoues la tête. il n'a donc pas finit avec cela ? Il devient lourd, peut-etre devrais-tu lui répondre ?. « je ne crains personne ni rien… mais les forêts sont des lieux oppressants, demoiselle… je préfère les alcôves des chambres… » Non mais sérieusement ? Il pense peut être que tu vas lui dire d'aller passer la nuit avec toi dans une chambre d'auberge ? Il croit sincérement que tu es ce genre de femme ? Il se trompe totalement. Tu ne connais pas les hommes sous cet angle, tu avoues, n'avoir encore jamais vu un homme nu et qu'aucun homme n'a pu admirer les courbes de ton corps sans vêtement pour les cacher. Mais ça ne change pas grand chose que tu n'as pas suffisement confiance en l'homme pour accepter une telle chose. tu secoues la tête, ignorant pour le moment sa question au sujet de ta fuite incessante. Tu finis par t'allonger, tes bras passant sous ta tête et faisant office d'oreiller alors que tu reprends en souriant. « là où vous voyer un lieu opressant, moi j'y vois un lieu paisible et sécurisant. il n'y a rien de tel, pour me sentir comme chez moi.» hormis les neiges qui te manquent beaucoup, les forets te rappellent simplement les années après ta toute première fuite, à la mort de tes parents.

Tu fixes le ciel sombre, sans fermer les yeux afin de tout contempler. Tu souris doucement avant de le perdre bien vite. « je fuis parce qu'ils en veulent à ma vie. et que ma vie.. j'y tiens beaucoup. » Mais tu ne saurais pas expliquer pourquoi ils te veulent du mal, tu ne saurais pas dire pourquoi ils ne cessent de t'apeller "Princesse", pourquoi ils pensent toujours qu'ils t'auront alors que tu leur échappes à chaque fois et qu'à chaque fois ce sont des nouveaux mercenaires qui arrivent.



ciryaher + je sais la sentence pour l'indécence de mes pensées j'avais l'innocence j'ai eu l'insolence d'avoir oser voici la douleur j'ai commis l'erreur de te regarder

avatar


origine : en Terre du Milieu... j'ai vu le jour sur les terre elfiques des Havres Gris mais je m'y sens pas chez moi.
emploi : rôdeur / pirate / mercenaire
missives envoyées : 236
en Terre du Milieu depuis : 02/01/2015

me joindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le dernier aveu [Cirywyn]   Dim 15 Jan - 22:31
Le dernier aveu
mewyn & ciryaher

Je repose ma tête contre une couverture roulée sortie de mes sacoches pendant que mademoiselle joue toujours au mystère en répondant peu à mes questions. Cette attitude fait naitre une certaine frustration en moi tandis que je croise les bras sous ma tête. Gonflant mes joues en essayant de cacher mon agacement, je me demande bien pourquoi elle se montre aussi avare en paroles. Normalement les femmes me parlent assez facilement parce que je suis attirant… merci au sang elfique coulant dans mes veines. Il parait que mon aura respire le danger mais pardonnez-moi pour mon incertitude concernant ce point. Serait-elle immunisée contre mes charmes ? Quelle magie pourrait faire une telle chose ? Je comprends vraiment pas pourquoi elle ne se montre pas plus bavarde. Nous sommes juste tous les deux dans cette sombre forêt. Je ne compte pas prendre la fuite pendant son sommeil pour raconter ses sombres secrets. Comment je pourrais comprendre dans quelle situation elle se trouve en gardant le silence sur ses origines ou ses problèmes ? Aurait-elle refuser la main d’un noble ? Serait-elle une criminelle ? Sa force me paraissait plutôt bonne mais moins percutante que celle d’un assassin. Comme elle ne répond toujours pas, je me pose de plus en plus de questions.

« là où vous voyez un lieu oppressant, moi j'y vois un lieu paisible et sécurisant. il n'y a rien de tel, pour me sentir comme chez moi.» Je roule des yeux sous mes paupières parce que cette réponse me rappelle les paroles de ma mère quand je lui demandais pourquoi nous vivions parmi les arbres étouffants. Heureusement, je pouvais descendre au port comme bon me semblait sinon je devenais fou parmi toutes ses végétations. On disait souvent de moi que je tenais plus de ces elfes navigateurs que des elfes sylvains. Je suis seulement un amoureux des grands espaces & l’océan est apaisant quand on ose les yeux sur son horizon. On imagine que le bout du monde s’y trouve… mais personne ne comprend mon attachement pour l’eau. Je trouve pas rassurant cette masse de verdure au-dessus de ma tête, cachant le ciel et les étoiles. Je comprendrais jamais cet amour pour les forêts mais les elfes sylvains sont ainsi… « je fuis parce qu'ils en veulent à ma vie. et que ma vie... j'y tiens beaucoup. » Je me redresse en prenant appui sur mes coudes. Ooooh ! Elle accepte enfin de parler de ces mercenaires. Pas trop compliqué de comprendre leur identité… je le suis aussi quand mes bourses sont vides.

Alors comme ça ma voleuse est recherchée… pourquoi ? par qui ? Ces deux questions me brûlent la langue pendant que je cherche une réponse sur son visage. « qui voudrait faire du mal à une elfe ? » Je pourrais probablement mettre mon nom sur la liste comme mon beau-père a essayé de me tuer… enfin cette histoire est longue ! On en reparlera plus tard. « qu’avez-vous fait pour que votre tête soit mise à prix ? » La curiosité est un vilain défaut disait souvent ma maman… mais elle me ronge. Je veux savoir pourquoi des mercenaires s’en prennent à une voleuse. Je dois savoir dans quoi je mets les pieds. Je me tourne vers elle pour chercher une réponse. Elle est incroyablement belle. Il faudrait être aveugle pour ne pas remarquer son regard clair, sa peau pâle, sa belle chevelure. « comment vous appelez-vous ? » Je me rapproche d’elle puis tend la main vers sa cuisse. « vous ne voulez pas que je vous soigne ? votre blessure pourrait s’infecter si elle est pas correctement nettoyée. »





 
 
Love is your candle.
Mewyn ☽ Je sais bien que tout nous sépare. Je sais qu’il faudrait s’enfuir. Mais je n’irai plus nulle part. Sans vouloir lui revenir. Sans vouloir nous retenir.

avatar


âge : 30
origine : arnor, terre des dunedains
emploi : rodeuse, voleuse
missives envoyées : 133
en Terre du Milieu depuis : 05/01/2017

me joindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le dernier aveu [Cirywyn]   Dim 15 Jan - 22:31
Le dernier aveu
mewyn & ciryaher

tenue + Tu finis par répondre à sa question, de toute façon tu ne pourras que rester vague puisque tu ne sais pas, toi même, ce qui prends à ces mercenaires ni même qui a mis un contrat sur ta tête. Tu ne sais absolument rien de tout cela, ni de qui veut ta mort, ni même pourquoi alors tu lui dis, tout simplement que tu fuis pour ta vie. « qui voudrait faire du mal à une elfe ? » Quand tu entends ces mots, tu ne peux qu'éclater de rire. Alors il te prend vraiment pour une elfe ? il est sérieux ? Tu n'as rien d'une elfe, homis l'amour pour les forêts. Tu est simplement morte de rire, au moins de te tenir les côtes comme si ça allait exploser mais tu dois te reprendre, tu dois te calmer et reprendre un air sérieux. Le rire se stoppe mais les trais fins de ton visage disent toujours que tu es amusée, voire même que tu te moques de lui, mais tu tentes de faire bonne figure. « qu’avez-vous fait pour que votre tête soit mise à prix ? » Si seulement tu le sais. Mais malheureusement, tu ne sais rien de plus que ce que tes mercenaires veuillent bien dire avant de mourir ou de fuir.

« comment vous appelez-vous ? » La question te surprend. Pourtant c'est une banale question, mais tu n'es pas habitué à ce qu'on te l'as pose. Il finit par quitter sa place initiale pour approcher de toi. Tu hausses un sourcil, tu as calmer ton rire mais tu as tout de même les yeux encore rieur et mesquin. Pourtant quand tu le vois approcher sa main de ta blessure, tu ne peux pas rester là sans rien faire et le laisser te toucher. « vous ne voulez pas que je vous soigne ? votre blessure pourrait s’infecter si elle est pas correctement nettoyée. » Tu attrapes ta dague à ta ceinture que tu viens lui mettre devant lui, la pointe vers l'un de ses yeux alors que ta moues rieur est devenue bien plus sérieuse soudainement. « je vous crève les yeux, si vous me touchez. » Tu es plus que sérieuse, il est hors de question qu'on pose ses mains sur toi, et ça vaut pour toutes les créatures et personnes de ces terres. Qui sait ce qu'il pourrait faire, quel sort il pourrait jeter, comment il pourrait te tuer. Après tout, tu ne sais rien de lui, hormis qu'il n'est pas fan des forêts, mais ça, tous les hommes où presque sont ainsi. Il est donc totalement hors de question qu'un inconnu te touche.

tu le laisse reprendre sa place, avant de planter ta bague dans le sol à tes cotés. Qu'il n'ose même pas approcher. Contrairement à tes habitudes, ce n'est pas pour ta vie que tu es inquiete en ce moment, mais il y a quelque chose en cet homme qui pourtant te dis de te méfier. Tu ne connais pas ces intentions, ni même s'il voudra se venger pour ton vol, tu ne sais rien, peut etre qu'il a l'intention de te torturer physiquement. Bon, dans tout les cas tu es prête à défendre ta vie comme tu l'as toujours fait. Et si tu viens a mourir, c'est que ton heure était venue. Tu finis cependant par répondre, parce que bon, tu ne veux pas de ce silence pesant. « Mewyn. » Dis-tu sagement, pas besoin de donner le nom de ta lignée. « et il n'y a pas que les elfes, en ce monde, qui apprécient la compagnie des arbres, Messir. »



ciryaher + je sais la sentence pour l'indécence de mes pensées j'avais l'innocence j'ai eu l'insolence d'avoir oser voici la douleur j'ai commis l'erreur de te regarder

avatar


origine : en Terre du Milieu... j'ai vu le jour sur les terre elfiques des Havres Gris mais je m'y sens pas chez moi.
emploi : rôdeur / pirate / mercenaire
missives envoyées : 236
en Terre du Milieu depuis : 02/01/2015

me joindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le dernier aveu [Cirywyn]   Lun 16 Jan - 14:51
Le dernier aveu
mewyn & ciryaher

Cette sauvageonne elfique me donne l’impression de me retrouver en compagnie d’une bête sauvage. Serait-elle capable de me sauter à la gorge pour essayer de me tuer ? Mon intention est uniquement bonne. Je souhaite seulement mieux soigner sa blessure mais mademoiselle sort sa dague pour me la mettre sous le nez. « je vous crève les yeux, si vous me touchez. » est-ce que je me suis assez courageux ? Je tiens à ma vie quand même ! Je lève les mains tout en reculant parce que me battre contre une femme… bah je suis pas un couard. Jamais je ferai une telle chose ! Je me recouche en poussant un gros soupir bien bruyant. Cette beauté est dangereuse… mais excitante aussi. Elle me plait beaucoup plus maintenant que mademoiselle montre les crocs. Oooooh ! il y avait pas de surprise comme les fois où nous nous sommes croisés, elle a su me donner un aperçu de sa forte personnalité. Je suis surpris de voir une elfe comme elle… ils sont plutôt dociles en général. Serait-elle une semi-elfe ? Cela expliquerait ce trop plein de sentiments. Je la trouve fascinante parce que ses réponses me donnent aucune information sur elle. La plupart du temps, elle me laisse nager dans une eau trouble. Cela me donne encore plus envie d’en apprendre plus sur elle !

« Mewyn. » elle a un joli prénom mais il a pas elfique ! est-ce que l’un de ses parents est un Homme ? Cela expliquerait son prénom. Quelle origine ? Cela me rappelle les prénoms des Rohirrims mais je peux aussi me tromper parce que je me penche pas trop sur ce genre de choses. J’aime beaucoup son prénom en tout cas. Je le murmure comme pour mémoriser celui-ci. Il me plait beaucoup… comme sa propriétaire mais cette attirance physique est une petite passade. J’aime la nouveauté ! Pourquoi elle est aussi loin des siens ? Comme elle ne répond pas à ma question concernant sur les raisons de cette attaque, je me demande vraiment quels sont ses secrets. Il me semble que cette elfe cache bien des choses. « et il n'y a pas que les elfes, en ce monde, qui apprécient la compagnie des arbres, Messire. » Je hausse un sourcil en entendant sa remarque. Quel peuple pour apprécier la compagnie des arbres en dehors des elfes ? Je ne vois pas du tout ! Je me redresse pour me retrouver assis, les jambes croisées. Je sonde l’obscurité pour essayer de voir son expression. Elle plaisante ? « qui êtes-vous ? »

Je me demande bien pourquoi je suis pas encore parti alors que cette demoiselle semble attirer les ennuis dans le miel avec les abeilles. Je sors de ma poche ce collier que Mewyn a dérobé lors de notre première rencontre. Je le remets autour de mon cou puis caresse du bout des doigts le pendentif. Sentir le poids de la chaine me soulage. Je pensais que j’avais perdu mon seul souvenir de ma mère. Je ne possède plus rien… mais je suis pas malheureux. Plus besoin de me soucier de quelqu’un… je peux aller où bon me semble. Il y a quand même une partie de moi qui regrette cette trop grande liberté. Je voudrais seulement un but dans mon existence. Je me rallonge en croisant les bras derrière la tête. « je serai votre gardien… ce sera amusant ! » Je prends une telle décision comme ça ? « je peux pas laisser une demoiselle, même une voleuse, sans protection alors que les mercenaires semblent s’intéresser à vous.. »




 
 
Love is your candle.
Mewyn ☽ Je sais bien que tout nous sépare. Je sais qu’il faudrait s’enfuir. Mais je n’irai plus nulle part. Sans vouloir lui revenir. Sans vouloir nous retenir.

avatar


âge : 30
origine : arnor, terre des dunedains
emploi : rodeuse, voleuse
missives envoyées : 133
en Terre du Milieu depuis : 05/01/2017

me joindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le dernier aveu [Cirywyn]   Lun 16 Jan - 17:35
Le dernier aveu
mewyn & ciryaher

tenue +  Il semble intrigué. Pourquoi pense t-il absoluement que tu es une elfe, tu n'as rien de leur caractèristique en plus, hormis l'amour de la nature mais ça, tu l'as acquis uniquement après y avoir vécu, tu les remercies ainsi de leur aide et de leur bienvaillance, d'avoir été là quand tu pleurais, quand tu avais besoin d'une oreille pour écouter. Certes, jamais ils n'ont dit mot, mais tu savais qu'ils étaient là et que leur présence te réconforter. C'est uniquement depuis ce jour que tu considère les forêts et les arbres comme membre de ta famille. Où plutot, toi, comme membre de leur famille. Ou au moins pour la forêt qui t'as recueuillit il y a vingt ans. « qui êtes-vous ? » Pense-t-il que tu vas déclarer ton identité de la sorte ? Ton prénom est largement suffisant, il n'a pas à savoir d"ou tu viens, de qui tu es la fille, il n'a pas besoin de connaitre ta vie.

« je serai votre gardien… ce sera amusant ! » mais de quoi il parle ? Ton gardien ? tu n'as pas besoin de quelqu'un, et encore moins d'un homme, pour veiller sur toi. Ca fait vingt ans que tu vis seule, que tu survis toute seule alors tu n'as pas besoin de quelqu'un pour les nombreuses années à venir afin de te protéger. Si tu es reconnaissante pour son aide c'est uniquement parce que tu étais blessée. Sinon, tu aurais pu t'en tirais comme tu l'as toujours fait depuis que tu as quitter la première forêt qui t'a receuillit. Il se réinstalle correctement, s'allongeant et passant ses bras sous sa tête alors que tu le fixe, encore surprise. « je peux pas laisser une demoiselle, même une voleuse, sans protection alors que les mercenaires semblent s’intéresser à vous.. » non mais c'est lui qui va mourir s'il te laisse pas tranquille ! Tu fuiras, et tu réussiras à le semer puisqu'il ne semble pas à l'aise dans les forêts alors que toi, tu t'y sens comme chez toi.

Tu n'en reviens toujours pas, tu finis par secouer la tête pour reprendre tes esprits avant de reprendre. « Je ne suis pas le genre de femme à avoir besoin d'un gardien. » Tu hausses un peu le ton parce que tu n'es absoluement pas d'accord avec lui, avec son idée absurde et totalement inconcevable. Tu secoues de nouveau la tête, parce que tu tentes de rester calme, même si ça ne marche pas vraiment. « Je suis une fille du Nord, née de la Neige et du Froid. Je ne crains rien ni personne ! » Bon, tu t'embale peut-etre un peu là quand même. Tu grognes un peu plus. « Ca fait vingt ans que je leur échappe... et j'ai jamais eu besoin d'aide ! J'étais en mauvaise posture ce soir, uniquement a cause de ma cuisse. » oui tu te cherche des excuses, mais ça fait vingt ans que tu es pourchassée, que les hommes sont à tes trousses, que tu cauchemardes chaque nuit que le Créateur fait.




ciryaher + je sais la sentence pour l'indécence de mes pensées j'avais l'innocence j'ai eu l'insolence d'avoir oser voici la douleur j'ai commis l'erreur de te regarder

avatar


origine : en Terre du Milieu... j'ai vu le jour sur les terre elfiques des Havres Gris mais je m'y sens pas chez moi.
emploi : rôdeur / pirate / mercenaire
missives envoyées : 236
en Terre du Milieu depuis : 02/01/2015

me joindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le dernier aveu [Cirywyn]   Lun 16 Jan - 20:09
Le dernier aveu
mewyn & ciryaher

Je serai son gardien… ma proposition me parait être une bonne chose comme Mewyn semble être la cible de mercenaires. Il est fort probable que ce petit incident se reproduira parce que ceux que nous avons affronté ce soir ne doivent pas être les premiers alors ils ne seront pas les derniers. En plus un contrat avec une belle récompense doit motiver ces êtres avides ! Je me demande bien qui en veut autant à une voleuse elfique. Aurait-elle dérobé un précieux bijou ? Cela ne peut pas être l’Anneau unique comme ce dernier se trouve entre les mains des Nazgûls. Il retrouvera son maitre dans peu de temps… et Sauron fera tout pour nous détruire. Il devrait y arriver comme plus rien ne se dressera sur son chemin. Secouant la tête, je chasse mes sombres pensées. Je me concentre uniquement sur cette nouvelle idée : je serai son gardien. Cela sera divertissant ! Mewyn risque fort de me causer des ennuis mais j’aurais enfin la sensation d’être vivant. Cette sensation a depuis longtemps disparu de mon existence. Je trouve cette mission passionnante ! Je prends cette décision sans attendre une réaction de sa part. « Je ne suis pas le genre de femme à avoir besoin d'un gardien. » Je hausse un sourcil en lui lançant un regard peu convaincu. Elle avait pas besoin d’un gardien ? Alors elle aurait pu se débrouiller toute seule avec ces mercenaires ? J’aurai perdu mon temps en venant à son secours ? Je ne crois pas un mot de cette affirmation. Mewyn a besoin de mon aide !

« Je suis une fille du Nord, née de la Neige et du Froid. Je ne crains rien ni personne ! » Ooooh mais bien sûr… ses propos ne sont pas convaincants ! Une fille du Nord ? Non une elfe ? Je pensais réellement que Mewyn était une représentante du peuple aux oreilles pointues. Son agilité est trompeuse… alors elle est fille du Nord ? Cette voleuse me parait pas assez coriace pour parcourir la Terre du Milieu toute seule. Je suis certain que je pourrais lui être vraiment utile… cela me permettra de mieux connaitre celle qui a dérobé mon bien le plus précieux. « Ca fait vingt ans que je leur échappe... et j'ai jamais eu besoin d'aide ! J'étais en mauvaise posture ce soir, uniquement à cause de ma cuisse. » Croit-elle réellement à ses mensonges ? Je nie pas ses capacités au combat parce qu’elle semblait être capable de se débrouiller seule mais pas quand ses adversaires plus nombreux. Je me redresse une nouvelle fois en passant une main sur mon visage. Son entêtement devient vraiment agaçant. Une vraie sauvageonne ! Je lui lance un regard assassin avant de répondre « vous pensez que vous êtes en position de faire la difficile ? » Mes paroles sont un peu dures mais pas grave… il faut que Mewyn cesse ses caprices.

Posant mes mains sur mes genoux, je joue avec mes manches tout en pensant aux mercenaires qui poursuivaient Mewyn. « je pense que vous avez conscience que jamais vous serez en paix… pourquoi ils vous poursuivent ? » Je me redresse brusquement en prenant une expression menaçante. « vous êtes qui ? qu’avez-vous fait ? » Je pointe le doigt vers elle « si vous me dites pas la vérité, immédiatement, je la trouverai… » Cela veut-il dire que je ne compte pas rester avec elle ? Mewyn me cache des choses ! Je veux savoir quoi… « vous pouvez pas rester éternellement cachée… des mercenaires vous pourchassent, un jour vous ferez une erreur qui pourrait être fatale… alors cessez vos caprices, je serai votre gardien… mais pour cela, je dois savoir qui vous êtes et pourquoi on vous poursuit ainsi… »




 
 
Love is your candle.
Mewyn ☽ Je sais bien que tout nous sépare. Je sais qu’il faudrait s’enfuir. Mais je n’irai plus nulle part. Sans vouloir lui revenir. Sans vouloir nous retenir.

avatar


âge : 30
origine : arnor, terre des dunedains
emploi : rodeuse, voleuse
missives envoyées : 133
en Terre du Milieu depuis : 05/01/2017

me joindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le dernier aveu [Cirywyn]   Lun 16 Jan - 20:38
Le dernier aveu
mewyn & ciryaher

tenue +  « vous pensez que vous êtes en position de faire la difficile ? » Ho, c'est pas parce qu'il t'a aider qu'il peut se la jouer chef tout puissant avec toi, il se prend pour qui celui là ? Non mais, s'il pense que tu seras bien gentille et que tu écouteras sans répliquer, il se trompe sur la personne. « je pense que vous avez conscience que jamais vous serez en paix… pourquoi ils vous poursuivent ? » Ho sérieusement ? Il pense peut-etre que tu ne le savait pas, que tu joues depuis vingt ans en vivant une grande partie de ta vie dans les forêts, là ou ils n'osent visiblement pas aller. A croire qu'ils ne sont vraiment pas fait pour vivre avec la nature, mais toi ça te conviens, tant que tu es en forêt, tu seras en sécurité, voilà pourquoi tu ne t'éloignes jamais bien fort des lieux où règnes les arbres. Il devient menacer, enfin, c'est ce qu'il pense. Il croit vraiment qu'il te fait peur ? Il faut qu'il arrête de faire gonfler son égo. « vous êtes qui ? qu’avez-vous fait ? » Il te pointe du doigt, bonjour la politesse ! Non mais lui, il va finir tout seul dans la forêt, ça va lui faire tout drole ! « si vous me dites pas la vérité, immédiatement, je la trouverai… » Tu roules des yeux, il peut toujours chercher si ça lui fait plaisir et s'il n'a rien d'autre à faire de sa vie. « vous pouvez pas rester éternellement cachée… des mercenaires vous pourchassent, un jour vous ferez une erreur qui pourrait être fatale… alors cessez vos caprices, je serai votre gardien… mais pour cela, je dois savoir qui vous êtes et pourquoi on vous poursuit ainsi… »

Tu en as marre. Pour qui cet homme se prend t-il pour te parler sur ce ton, il n'est ni ton père, ni même ton frère, ni n'est qu'un inconnu dont tu ignore le prénom. Il pense vraiment que tu vas lui débaler ta vie comme ça ? Que tu as vu tes parents mourir sous tes yeux, qu'on est venu vous tuer en plein milieu de la nuit en mettant à feu et à sang votre petite maison.. que tu as vu la tête de ton père, alors qu'il posait sur toi un regard emplit de peine, rouler sur le sol et que cette vision d'horreur te hante depuis plus de vingt hivers ? il pense vraiment que tu vas tout dire ? il prend ses songes pour la réalité, jamais tu ne lui diras tes cauchemars, tes peurs et tes faiblesses. Tu finis par relever les yeux vers lui, le regard assombrit tout comme les trais de ton visage, bien moins doux et moins taquin qu'à ton habitude. « je ne sais pas qui ils sont, ou ce qu'ils me veulent. » Tu grognes presque ses mots alors que tu t'approches de lui.

Tu te stoppe à quelques centimètres à peine, plongeant tes prunelles dans les siennes sans lui sourire ou tenter de le taquiner cette fois. Tu reprends alors. « Si vous voulez donner un but a votre vie, ou bien même vouloir jouer les chevaliers.. trouvez-vous une princesse. » Tu finis par reprendre ta saccoche, hors de question de rester là. tu vas filer rapidement et il ira se faire voire. « non mais le type, il me prend pour une elfe, incapable de voir que je ne suis qu'une femme, et il pense qu'il peut me coller comme ça ! Il se présente pas, mais moi je dois lui raconter ma vie... il m'a prise pour quoi ! » Oui tu parles de lui, et pas tout bas en plus de cela. Tu récupéres ta dague que tu avais planté et tu reprends la marche dans les bois sombres sans savoir s'il te suit ou non. Tu t'en moques. De toute façon, dans quelques minutes à peine, tu seras déjà dans les branches.




ciryaher + je sais la sentence pour l'indécence de mes pensées j'avais l'innocence j'ai eu l'insolence d'avoir oser voici la douleur j'ai commis l'erreur de te regarder

avatar


origine : en Terre du Milieu... j'ai vu le jour sur les terre elfiques des Havres Gris mais je m'y sens pas chez moi.
emploi : rôdeur / pirate / mercenaire
missives envoyées : 236
en Terre du Milieu depuis : 02/01/2015

me joindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le dernier aveu [Cirywyn]   Mar 17 Jan - 20:39
Le dernier aveu
mewyn & ciryaher

Choisissant de prendre moi-même la décision de devenir son protecteur, je trouve que cette position me donne le droit de réclamer des explications. Je compte mettre ma vie en jeu pour elle ! La moindre des choses serait de connaitre un peu plus la situation dans laquelle je mets les pieds. Il semblerait logique que je sache pourquoi des mercenaires en veulent ainsi à Mewyn. Pourtant mademoiselle ne semble pas être du même avis… « je ne sais pas qui ils sont, ou ce qu'ils me veulent. » Comment peut-elle ignorer les raisons de cette chasse ? Comment peut-elle pas vouloir en savoir plus ? Comment peut-elle préférer sa vie cachée dans les arbres à la vérité ? Mewyn se redresse pour me faire face avec une expression menaçante. Je me sens pas rassuré quand elle me regarde ainsi… mais je ne reculerai pas. Une femme peut pas faire de mal ! Je suis costaud puis elle est blessée alors prendra-t-elle le risque de s’en prendre à moi ? « Si vous voulez donner un but à votre vie, ou bien même vouloir jouer les chevaliers... trouvez-vous une princesse. » Ooooh ! Je devrais trouver facilement une princesse mais elles sont pas trop amusantes comme elles sont souvent dans leurs châteaux. Je me sens pas vivre entre quatre murs bien sagement en jouant au garde. Je ne suis pas un adepte des forêts mais les grands espaces ont ma préférence.

Mewyn prend sa sacoche… elle va pas encore prendre le large ? Je soupire de façon théâtrale tout en reculant un peu parce que son expression menaçante me fait un peu flipper quand même. Je suis pas en présence d’une demoiselle sans défense. Elle est capable de tuer un homme sans éprouver de remords ou sans aucune aide alors elle pourrait trouver un moyen de me transpercer avec sa dague. Heureusement, elle se détourne pour aller plus loin dans la forêt. Je lève les yeux vers le ciel tout en secouant la tête. Elle en a pas assez de fuir… je suis lassé de ce comportement alors que nous nous connaissons depuis peu. « non mais le type, il me prend pour une elfe, incapable de voir que je ne suis qu'une femme, et il pense qu'il peut me coller comme ça ! Il se présente pas, mais moi je dois lui raconter ma vie... il m'a prise pour quoi ! » Sérieusement ? Elle parle de moi à voix haute ?! Je souris, amusé par son comportement, puis prends ma couverture tout en faisant comprendre à Aulendil de ne pas me suivre. Je me débrouillerai bien sans lui ! Je suis pas dépendant de mon cheval même si sa présence est rassurante parmi cette végétation.

« je vous prie bien de cesser votre fuite… c’est un peu lassant. » Je marche en restant loin de Mewyn parce que je veux pas me prendre un coup malheureux. « vous vous plaignez, madame, mais il semblerait que vous ayez pas eu la politesse de vous intéresser à moi. » Je vais pas me laisser traiter de malpoli ou envahissant alors que pas une fois, elle me demanda mon prénom. « je vous sauve la vie… pas un merci de votre part… je vous propose de vous protéger et pas un remerciement… vous ne cessez pas de vous plaindre de mon comportement. » Je rallonge mes pas pour la rattraper, prendre son coude pour la forcer à me faire face. « mais vous êtes une sauvageonne… vous ne connaissez rien des règles de bienséance… vous marmonnez mais sachez que votre serviteur attendait que vous lui rendiez la politesse. » Mon regard plonge dans le sien alors que je la garde toujours contre moi. « Ciryaher… c’est ainsi que je me nomme. »




 
 
Love is your candle.
Mewyn ☽ Je sais bien que tout nous sépare. Je sais qu’il faudrait s’enfuir. Mais je n’irai plus nulle part. Sans vouloir lui revenir. Sans vouloir nous retenir.

avatar


âge : 30
origine : arnor, terre des dunedains
emploi : rodeuse, voleuse
missives envoyées : 133
en Terre du Milieu depuis : 05/01/2017

me joindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le dernier aveu [Cirywyn]   Mar 17 Jan - 21:05
Le dernier aveu
mewyn & ciryaher

tenue + Hors de question que tu reste une seconde de plus en sa compagnie. Il t'aide une fois, et voilà qu'il se prend pour un chevalier et décide sans même ta bénédiction, de devenir le gardiend e ta vie. tu ne lui as absoluement rien demandé et tu refuse de toute façon que qui que ce soit fasse cela pour toi. Tu es une femme libre, depuis des années maintenant, et il est hors de question qu'on te prenne cette liberté. « je vous prie bien de cesser votre fuite… c’est un peu lassant. » Mais bien sur, tu vas stopper ta course ainsi parce qu'il le demande ? Il a bien du comprendre qu'il n'avait pas à faire à une petite fille bien sage et bien docile. Au contraire. « vous vous plaignez, madame, mais il semblerait que vous ayez pas eu la politesse de vous intéresser à moi. » Tout simplement parce que tu t'en moque totalement. A la base, tout ce que tu voulais de lui c'était son bijoux afin de pouvoir te payer une nouvelle dague. Et voilà ce que tu récolte, un type qui ne semble avoir rien de mieux à faire que de s'interesser à toi. « je vous sauve la vie… pas un merci de votre part… je vous propose de vous protéger et pas un remerciement… vous ne cessez pas de vous plaindre de mon comportement. » Non mais il se moque de toi en plus ? Tu l'as remercier plus d'une fois, pour t'avoir aider, alors qu'il ne vienne pas dire que tu es en plus ingrate. Tu n'accepte pas qu'il joue les gardiens et qu'il ne cesse de te coller ainsi, mais jamais tu n'as été ingrate pour l'aide qu'il t'a apporter ! Hors de question de le laisser dire de telle sotise. Il finit par attraper ton coude et te stoppe dans ta course pour finalement lui faire face. Tu ne baisses pas les yeux, et il est hors de question que tu ne lui montre une quelconque faiblesse. « mais vous êtes une sauvageonne… vous ne connaissez rien des règles de bienséance… vous marmonnez mais sachez que votre serviteur attendait que vous lui rendiez la politesse. » Il a pas compris que c'était fait exprès de parler ainsi alors qu'il était là ? Il a vraiment rien compris celui là ! « Ciryaher… c’est ainsi que je me nomme. » Peu importe son nom.

Tu grognes, plongeant tes yeux dans les siens alors que tu ne détournes pas le regard. Il est hors de question qu'il pense que tu as peur ou que tu te laissera faire ainsi par un homme. Tu n'es pas une de ses femmes liés par les chaines invisibles de l'autorité. Tu fais ce que bon te semble. « je vous ai remercier, pour votre aide. Pour le reste, je ne vais pas vous remercier pour une chose dont je ne veux pas ! » Tu grognes et craches presque ses mots. Pourquoi devrais-tu le remercier pour quelque chose que tu refuses totalement ! Tu veux ta liberté, cela fait vingt ans que tu vis seule, que tu survis seule, et tu n'as pas besoin de lui pour cela. Il est hors de question qu'un homme ne te surveille, te dicte ce que tu dois faire ou pire encore. Qui dit qu'il n'est pas avec tes ennemies, que ce n'est pas un plan pour t'avoir plus facilement puisque tu leur file toujours entre les doigts et que leurs pièges ne sont pas assez efficace pour t'avoir. « lâchez-moi. » Un ordre, et s'il ne le fait pas tu ne risque pas d'être gentille.

Tu grognes à nouveau alors que ta main libre approche de ta dague à ta hanche, se posant dessus sans pour autant la pointer sur lui encore. Tu finis par tirer sur ton bras afin de pouvoir t'en échapper, de toute façon, s'il tente à nouveau de te saisir ainsi, tu n'hésiteras pas à te battre et tant pis si tu n'as pas le dessus a cause de ta cuisse. « Si vous voulez me suivre. libre à vous de perdre votre temps. mais je ne vous obéirez pas, je ferais ce que je veux, quand je le veux. et si jamais, vous faites une chose insensée, je n'hésiterais pas à enfoncer ma lame dans votre coeur ! » Tu es menacante, evidement, et très sérieuse surtout. Tu n'as jamais eu peur de tuer, de prendre une vie pour sauver la tienne, alors ce n'est pas parce que c'est lui, que ça changera quelque chose. « et si, vous m'empêchez de voler, je réglerais mes dépenses avec vos membres ! suis-je claire ? » heu, t'es un peu flippante quand même !




ciryaher + je sais la sentence pour l'indécence de mes pensées j'avais l'innocence j'ai eu l'insolence d'avoir oser voici la douleur j'ai commis l'erreur de te regarder

avatar


origine : en Terre du Milieu... j'ai vu le jour sur les terre elfiques des Havres Gris mais je m'y sens pas chez moi.
emploi : rôdeur / pirate / mercenaire
missives envoyées : 236
en Terre du Milieu depuis : 02/01/2015

me joindre
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le dernier aveu [Cirywyn]   Mar 17 Jan - 23:27
Le dernier aveu
mewyn & ciryaher

Les expressions de son visage sont un panel fascinant de toutes les réactions humaines. Je peux pas détacher mes yeux de son visage tellement on peut lire toutes les émotions qui habitent Mewyn. Oubliant pendant quelques instants son sale caractère, je me perds dans son regard puis ressens quelque chose de différent en moi. Je voudrais caresser son visage avant de glisser mes doigts dans ses cheveux pendant que ma bouche dégustera ses deux lippes parfaites qui me font envie. Comment ce serait de l’embrasser au point de lui couper le souffle ? Malheureusement, je ne pourrais pas avoir de réponse comme elle me rappelle avec cette lueur assassine dans ses yeux que jamais cela ira plus loin entre nous. « je vous ai remercier, pour votre aide. Pour le reste, je ne vais pas vous remercier pour une chose dont je ne veux pas ! » Quelle ingrate ! Je compte mettre ma vie en danger mais elle trouve pas la force de me remercier ?! Je prends une expression agacée pendant que les battements de mon cœur deviennent plus rapides. Mes muscles se tendent sous la colère… mais je lui ferai aucun mal. Il est hors de question de toucher une femme de façon violente. Je prends une grande inspiration afin de ne pas perdre mon sang froid mais Mewyn a le don de me pousser dans mes retranchements. « lâchez-moi. » Je me rends pas compte que mes doigts sont toujours accrochés au coude de cette femme. Je le remarque seulement quand elle tire sur son bras, je ne lui oppose aucune résistance.

« Si vous voulez me suivre. libre à vous de perdre votre temps. mais je ne vous obéirez pas, je ferais ce que je veux, quand je le veux. et si jamais, vous faites une chose insensée, je n'hésiterais pas à enfoncer ma lame dans votre cœur ! » Comme ses menaces sont douces à mes oreilles… son tempérament est fascinant parce que je me demande bien pourquoi elle est aussi méfiante. Cette voleuse est pleine de mystères. Cela éveille en moi une certaine curiosité qui me conforte dans mon idée de la suivre. Je veux en savoir beaucoup plus sur elle ! Elle se rend pas compte que son comportement me pousse justement à faire tout ce qu’elle ne veut pas ? Je resterai avec elle. « et si, vous m'empêchez de voler, je réglerais mes dépenses avec vos membres ! suis-je claire ? » Ses menaces sont plutôt claires… je ne dois pas empêcher madame de voler ? Je risque pourtant de lui prendre la tête ensuite parce que ce comportement est intolérable. On peut gagner de l’argent autrement… on peut accomplir des missions ou jouer aux cartes. Je suis assez doué pour ça ! Pourquoi je sens que notre duo sera pas de tout repos ?

Je lève les mains comme pour me protéger de ses menaces. « oooooh… tout doux ! » Je lui offre un beau sourire avant de reprendre « je compte vous suivre comme il se trouve que vous avez piqué ma curiosité… mais soyons d’accord, vous avez pas le droit de sauter sur moi quand vous ressentez le besoin de satisfaire quelque besoin animal… enfin pourquoi pas… » Ma taquinerie risque de me causer des ennuis ? Oh oui ! Je tire sur les manches de mon manteau tout en poursuivant. « soyons honnête… vous ne m’appréciez pas et moi non plus… mais il se trouve que ces mercenaires m’intriguent… alors je compte bien découvrir qui vous êtes et ce que vous avez fait pour être l’ennemi public… rassurez-vous néanmoins je ne vous toucherai pas sauf si la situation le requiert… »





 
 
Love is your candle.
Mewyn ☽ Je sais bien que tout nous sépare. Je sais qu’il faudrait s’enfuir. Mais je n’irai plus nulle part. Sans vouloir lui revenir. Sans vouloir nous retenir.


Contenu sponsorisé


me joindre

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le dernier aveu [Cirywyn]   

Le dernier aveu [Cirywyn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Dernier bilan de choléra:14,642 cas et 917 décès
» Le dernier Tavernier ou "la Louisiane"
» Creation d'une base de donnees sur le dernier recensement
» Choléra, dernier bilan: 305 morts et 4649 cas de contamination
» 1.07/1.08 : Un dernier battement de coeur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdows of Middle-Earth :: The Middle-Earth :: Rohan-